Au Maroc, les gnaouas sont les descendantes des esclaves d’origines subsahariennes (Sénégal, Soudan, Ghana, Guinée…) déportés vers le Maghreb. Ils sont les héritiers d’une riche tradition rituelle et spirituelle où se combinent poésie, musique et danse. Le guide des cérémonies (lilas) dédiées à la prière et à la guérison est le mâalem : le « maître de musique ».
Asmaa-Hamzaoui-13e-Festival-Voix-De-Femmes

Ces dernières décennies, parallèlement aux pratiques sacrées toujours très vives, s’est développé un pan plus profane de la musique gnaoui.
Asmaâ Hamzaoui, 20 ans et leader du groupe Bnat Timbouktou, en est l’une des rares – et des plus jeunes – ambassadrices. 

Sa passion, elle l’a héritée de son père, le célèbre maâlem Rachid Hamzaoui. Dès son plus jeune âge, elle apprend à jouer du guembri, sorte de luth-tambour à 3 cordes, et l’accompagne dans les célébrations.

Depuis 2012, c’est à la tête de son propre groupe qu’elle se produit. Bnat Timbouktou reste largement fidèle aux traditions au niveau du style, mais aussi des thématiques abordées : l’éloignement, la souffrance, la mémoire de l’Afrique sont omniprésents.
Peu à peu, elles ont su conquérir un public toujours plus nombreux, jusqu’à rejoindre la programmation du célèbre Festival Gnaoua et des Musiques du Monde d’Essaouira à l’été 2017.

Un évènement loin d’être anecdotique, puisque les joueuses de guembri restent rares, au Maroc et dans le monde : elles se comptent sur les doigts d’une main ! Traditionnellement, les femmes ne jouent pas lors des cérémonies et ne touchent à cet instrument que dans l’intimité (c’est notamment souvent le cas des femmes de mâalem, par exemple) : se produire en public est encore largement tabou.

Mais visiblement, celui qui empêchera Asmâa Hamzaoui de jouer n’est pas encore né.

Asmâa Hamzaoui & Bnat Timbouktou sont sur Facebook.

Participe à

Concerts

19 oct. 2017 :

KulturA.

Rue Roture, 13

Liège


Horaires à confirmer

Prix : 10/14€ en prévente, 12/16€ sur place

TICKETS

Avec

Partager