« Captivant. » (The New York Times)

Portrait Emel Mathlouthi

© Julien Bourgeois

Emel Mathlouthi, c’est un coup de coeur qui non seulement dure, mais grandit à vue d’oeil. C’est la deuxième fois qu’elle jouera pour Voix De Femmes et si vous étiez à l’ouverture du festival en 2013 : vous savez. Vous serez les premiers devant la scène cette année, et vous amènerez du monde. Parce qu’une expérience pareille, ça se partage!

Découverte alors que sa chanson Kelmti Horra (« ma parole est libre ») devient l’un des hymnes du printemps arabe en 2011, son premier album sort en 2012. Et le monde ébahi découvre Emel Mathlouthi.

Emel Mathlouthi, c’est une voix qui vous transperce et qui vous laisse avec la chair de poule bien après qu’elle se soit tue. Mais c’est aussi (surtout?) une « musicienne du monde » qui développe et affute un style personnel et audacieux, qui emprunte librement à la tradition tunisienne comme à l’avant-garde de l’electronica.

Son deuxième album, Ensen (février 2017), est un bijou. De ceux qui dépasse les frontières de genre pour prendre directement aux tripes.
Autoproduit et enregistré dans 7 pays, sur 3 continents, en collaboration avec plusieurs autres producteurs tels que Valgeir Sigurðsson (Sigur Ros, Björk) et Johannes Berglund (The Knife, Shout Out Louds, Ane Brun). Ensen Dhaif (« Helpless Human »), qui donne son nom à l’album, allie gumbri (luth à trois cordes tunisien utilisé dans la musique gnawa), zukra (flûte tunisienne) et bendirs (tambours nord-africains) à une lourde grosse caisse, pour un résultat d’une puissance inouïe. 3615 catharsis.

Amoureux de la musique de tous bords : venez, on va vibrer. C’est une promesse.

Site web
Emel Mathlouthi est aussi sur Facebook, Twitter et Soundcloud.

Participe à

Concerts

27 oct. 2017 : 22:00

Reflektor

Place Xavier Neujeau, 24

Liège


20h

Prix : 12/16€ en prévente, 14/18€ sur place

Tickets

Avec

Partager