© Tous droits réservés

« Pour ceux qui cherchent le graal entre chanson française et « musique urbaine », le mélange du futur se fait sans doute là. » (Magic, au sujet de « Practice Chanter »)

Chanteuse, interprète, autrice et alchimiste du son, on se demande s’il n’y a pas plusieurs personnes dans la voix de Léonore Boulanger. Elle chante indifféremment en français, en allemand et dans des langues inventées.
Ses morceaux s’inspirent de la poésie française, de l’expressionnisme allemand, de la poésie sonore et du mouvement OuLiPo (groupe international de littéraires et de mathématiciens).
Entre instruments traditionnels et objets sonores, musique ancienne et innovation : là encore, plusieurs présences cohabitent.
Et celles et ceux qui ont eu la chance de la voir en live vous le diront : on ne sait pas toujours où on se situe, mais qu’est-ce qu’on y est bien…

Depuis 2010 et l’album « Les Pointes et les Détours », elle s’est lancé dans une véritable exploration, qui va au-delà des formes traditionnelles de la chanson.
En 2013 paraît sur le label Clouds Hill, l’album « Square Ouh la la » enregistré au studio de Hambourg, inspiré du livre rare de poèmes allemands du russe Kandinsky « Klänge » (sonorités). En 2015, « Feigen Feigen » ensemence l’été dans la campagne française. Il a été enregistré dans ce qui fut l’atelier d’un forgeron, près des machines agricoles et des oiseaux mécaniques, avec des objets trouvés, machine à écrire, vieux bidons rouillés et pianos désaccordés.
En 2016, elle travaille les techniques et le répertoire ancien du chant Perse avec le musicien iranien Maam-Li Merati. Ensemble ils enregistrent « La Maison d’Amour » (2016). Dernièrement, il est encore question de folklore puisque son nouvel album « Practice Chanter » (2019) porte le nom d’une flûte, instrument d’étude pour la cornemuse. Il se décline comme une sorte de manuel de chant, une méthode pour explorer sa voix.

Léonore Boulanger vit à Paris où elle a grandi, et dirige par ailleurs sa propre maison de disque « Le Saule », créé en 2008 avec d’autres artistes parisiens.



Léonore Boulanger / Website / Facebook / Twitter