Mercredi 23 octobre 2019

C’est en puisant dans leurs origines respectives que l’américano-soudanaise Alsarah et la turque Derya Yildirim franchissent les barrières culturelles et linguistiques en mêlant répertoires traditionnels, doux accents rétros et sonorités contemporaines, en compagnie de leurs musicien·nes cosmopolites.

Derya Yildirim & Grup Şimşek (TR)

Le premier album de la turque Derya Yildirim, « Kar Yağar », est sorti ce printemps. C’est un peu folk, un peu jazz, un peu funk et parfois pop, mais surtout psychédélique. A l’arrivée, un cocktail hypnotisant, qui vous emporte dans un éblouissant voyage à travers les hauts plateaux anatoliens.

Tumblr / Soundcloud / Bandcamp / Facebook / Instagram

 

Alsarah & the Nubatones (SD/US)

Autrice-compositrice, interprète et ethnomusicologue, Alsarah nous vient tout droit de Brooklyn mais c’est à son pays natal, le Soudan, qu’elle doit sa force musicale. Depuis 2010 et la fondation des Nubatones, elle a eu l’occasion de s’affirmer en reine de la rétro-pop africaine et a prouvé, à maintes reprises, que l’esprit franchit toutes les barrières culturelles et linguistiques.

Website / Soundcloud / Facebook / Instagram / Twitter

Durant cette soirée, le résultat du projet d’atelier photo de la Maison Des Femmes d’ici et d’ailleurs est à re/découvrir à travers l’exposition « Originelles ». Ce projet a pour objectif de mêler aux regards de trois photographes professionnels (Marjorie Goffart, Sophia Von Fernbach et Valentin Bianchi), les créations de femmes de diverses origines et générations aux multiples parcours, histoires et vécus.